Questions souvent posées

A quels signes puis-je vérifier que le Seigneur m’appelle au célibat ?

À l’intimité que tu auras avec le Christ dans la prière, à la paix et à la joie de vivre que tu ressens dans cet état de célibataire ; si tu vérifies que cela contribue à augmenter ta foi, et non à la diminuer, si tu trouves ton bonheur à être au service des autres en donnant le meilleur de toi-même sans que ta personne s’appauvrisse, si l’amour d’un éventuel conjoint ne te paraît pas combler ce que tu attends de l’amour, c’est sans doute que le Seigneur t’appelle à consacrer ta vie dans le célibat et la chasteté.

Par amour pour Jésus, faut-il renoncer à tous mes désirs ?
Un homme qui ne désire plus est un homme mort ! Il faut faire la différence entre les besoins et le désir. Le besoin replie sur soi, le désir ouvre à l’autre. C’est aux « mauvais désirs » qu’il faut renoncer, pas à ceux qui conduisent à faire grandir les autres comme le Christ le fait dans l’évangile. Nous devons laisser le Christ évangéliser nos désirs. Alors, nos désirs seront ceux du Seigneur.

Je réfléchis sérieusement à une vocation religieuse. Puis-je en parler à mes amis, à ma famille ?
Ton directeur spirituel est le mieux placé pour voir le moment qui conviendra d’en parler. Il s’agit d’une intimité avec le Christ, d’un jardin secret qu’il ne faut pas dévoiler parce que, au début, cette décision est fragile. En parler trop rapidement à ses amis ou à ses parents peut perturber le discernement. Tant que la liberté n’a pas conduit à une décision personnelle de suivre le Christ sur tel chemin de vie consacrée, je crois qu’il est préférable de ne rien dire. Avec ton directeur spirituel tu attendras d’en sentir la véritable confirmation ou de mieux préciser la question portée en ton cœur.

Si un garçon est appelé, est-ce toujours pour devenir prêtre ?
Non, il peut être appelé à la vie consacrée non sacerdotale, au diaconat, à la vie monastique... Il existe beaucoup de formes de vie spécifiques et les appels du Seigneur sont variés.