Neuvaine de prière : 3ème jour

3ème jour, jeudi 26 novembre

Un mot résume bien ce désir du Christ qui habite Claude : l’amitié. Celle qu’il reçoit de Jésus lui-même d’abord, qui le désignera à Marguerite-Marie comme « mon parfait ami ». Celle ensuite qu’il demande au Christ pour ses proches : « Mes amis, ils m’aiment, je les aime ; vous le voyez et je le sens. (…) En échange, mon divin Sauveur, soyez leur ami. (…) Soyez donc leur ami, Jésus, le seul et véritable ami » (J.S. n°117). Enfin, l’amitié que Claude veut avoir lui-même avec son Seigneur : « Soyez le mien [mon ami], puisque vous ordonnez d’être le vôtre » (J.S. n°117). Ainsi, Claude marche sur les pas d’Ignace de Loyola qui demande de parler au Christ « comme un ami parle à son ami » (I. de L., Ex. Spi. n°54)



Evangile de Jean,15,13-16
[Jésus disait :] Il n’y a pas de plus grand amour que de donner sa vie pour ceux qu’on aime. 14 Vous êtes mes amis si vous faites ce que je vous commande. 15 Je ne vous appelle plus serviteurs, car le serviteur ne sait pas ce que fait son maître ; je vous appelle mes amis, car tout ce que j’ai entendu de mon Père, je vous l’ai fait connaître.

De Claude La Colombière :
« Jésus, vous êtes le seul et véritable ami.
Vous prenez part à tous mes maux, vous vous en chargez, vous savez le secret de me les tourner en bien, vous m’écoutez avec bonté, lorsque je vous raconte mes afflictions, et vous ne manquez jamais de les adoucir.

Je vous trouve toujours et en tout lieu ; vous ne vous éloignez jamais ; et si je suis obligé de changer de demeure, je ne laisse pas de vous trouver où je vais.

Vous ne vous ennuyez jamais de m’entendre ; vous ne vous lassez jamais de me faire du bien. Je suis assuré d’être aimé, si je vous aime. Vous n’avez que faire de mes biens, et vous ne vous appauvrissez point en me communiquant les vôtres.

Quelque misérable que je sois, un plus noble, un plus bel esprit, un plus saint même ne m’enlèvera point votre amitié ; et la mort qui nous arrache à tous les autres amis me doit réunir avec vous. » (R.C. n°39)

Intercession

Jésus, mon Maître et Seigneur, Tu sais tout, Tu sais bien que je T’aime.
Tu sais tout, Tu sais bien que je T’aime, Tu sais bien que je t’aime

- Seigneur, bénis ta Compagnie de la joie de l’amitié. Et fais découvrir à ceux qui pensent devenir jésuite combien sont fortes et consolantes ces relations.
- O Christ, fais-nous vivre notre foi comme un chemin d’amitié avec Toi !